EN

Rando NB

Hiking NB Logo

Toute l'information pour randonner au Nouveau-Brunswick

Le Phare Swallowtail, Grand Manan

icône Facebook icône Instagram icône YouTube icône Balado

Sentier du mont Chamcook

Album Photos

Sentier du mont Chamcook

Boutique en ligne

Boutique en ligne

Fiche technique

Difficulté modéré
Type de sentier linéaire
Longueur 1,3 km aller
Durée estimée 1 h retour
Type de surface ancienne route
Dénivelé 128 mètres
Caractéristiques sommet, point d'observation
Balisage aucun mais facile à suivre
Panorama beau
Entretien bien entretenu
Réseau cellulaire fort
Chiens oui
Frais d’entrée non

Description

Le sentier du mont Chamcook suit un très vieux chemin qui monte jusqu’à son sommet. Des panneaux d’interprétation décrivent la riche histoire de la région. Le sentier commence à la belle auberge Rossmount Inn et passe devant une remise à calèches historique. Il suit le chemin qui a été stabilisé à l’aide de grandes roches des monts voisins. Après un belvédère sur les îles de la baie de Passamoquoddy, il atteint le sommet, d’où vous pourrez admirer une vue panoramique sur la baie de Passamaquoddy et la ville de Saint Andrews.

Vue du lac Chamcook depuis le mont Chamcook

Carte

French Advertising Main

Directions

Depuis le Tim Hortons de Saint Andrews, à l’intersection de la Route 127 et de la rue Reed, prenez la Route 127 en direction de Bocabec. Au bout de 4,4 km, vous devriez apercevoir l’auberge Rossmount Inn sur la gauche. Entrez dans l’allée de l’auberge sur la gauche. Juste avant la bâtisse, tournez à gauche, puis une nouvelle fois à gauche pour arriver à un stationnement.

Un chemin qui monte en direction du sommet part d’à côté de la piscine de l’auberge Rossmount Inn. Continuez sur ce chemin jusqu’à la vieille remise à calèches. De là, le vieux chemin monte en direction du sommet.

Sentier Mont Chamcook

Que dit le panneau?

Bienvenue sur le sentier historique de Rossmount

La remise à calèche

Depuis plus de deux siècles, cette montagne attire les visiteurs en quête de belles vues. Ce panneau d’interprétation est le premier d’une série qui va vous faire voyager dans le temps au fil du chemin. Les frères Townsend de Chamcook ont acheté le terrain et la bâtisse qui se tenait là au 18e siècle, autrefois appelé « la maison de la montagne ». Celle-ci était censée être hantée par un jeune concierge qui périt dans un incendie dans la maison, d’où la réputation de maison hantée. Les Townsend étaient des charpentiers et des constructeurs de navire, une famille très entreprenante pour l’époque. En 1889, James A. Townsend de Brooklyn (New York) décida de remplacer la maison d’origine par une nouvelle résidence privée. La remise à calèches, elle aussi construite en 1889, est celle qu’on peut encore admirer aujourd’hui. On dit qu’elle pouvait accueillir deux calèches et deux chariots. Le 14 novembre 1902, Henry et Sarah Ross achètent la maison et la propriété de quelques 87 acres, et renomment le domaine « Rossmount ». Les Ross font de grands travaux intérieurs et extérieurs entre 1910 et 1914 : ils ajoutent un jardin, un potager et une mare aux canards avec une fontaine. Un moulin alimente la maison en eau. Du temps des Ross, le domaine employait quatre femmes et sept hommes. Ceux-ci deviendront plus tard de grands voyageurs qui ramenaient leurs collections à Rossmount. Ils étaient aussi de grands amateurs de la nature et recevaient souvent des convives pour des pique-niques et autres événements. Les buggys attelés étaient alors le moyen de transport principal. La remise à calèches qu’on peut voir ici est un exemple d’architecture victorienne; sa construction robuste explique pourquoi elle a traversé le temps. En 1945, à seulement huit jours d’intervalle, Henry et Sarah décèdent. En 1961, la maison est détruite dans un incendie. Celle que vous pouvez voir aujourd’hui a été construite sur les fondations d’origine, et intègre des éléments qui ont résisté au feu comme la cheminée et les escaliers extérieurs.

Remise à calèches Chamcook

Que dit le panneau?

Construit pour durer

Le muret de soutènement en pierres, qui garantit la structure et la stabilité à cette partie du sentier, a été construit entre 1910 et 1914, environ 13 ans après la construction de la remise à calèches sur ordre des précédents propriétaires, les Townsend. Frank Adams et son entreprise, Roberts and Adams de Providence (Rhode Island) ont aidé Henry et Sarah Ross à dessiner et rénover le chemin soutenu par ce mur.

On pense que le mur a été construit pour élargir le chemin existant et aider les buggies attelés, alors le moyen de transport le plus courant, à atteindre le sommet. Les roches proviennent très probablement de la carrière du mont Greenlaw, visible depuis le sommet du mont Chamcook. Elles auraient été amenées sur le chemin à l’aide d’un bœuf et d’un traîneau primitif tiré sur une base plate.

Un chemin stabilisé avec des pierres

Tous ces travaux ont permis aux Ross, aux aristocrates des environs et aux amateurs du plein air d’emprunter le chemin pour admirer la vue depuis le sommet.

En montant à votre tour vers le sommet, prêtez attention au mur de soutènement présent sur une bonne partie du sentier. C’est grâce à lui que les randonneurs pourront apprécier ce sentier pendant encore plusieurs années.

Que dit le panneau?

Le belvédère de Passamaquoddy

Les Ross ont fait construire ce sentier à des fins récréatives. Il était tout naturel qu’ils aient envie non seulement de profiter de la vue au sommet, mais aussi lors de la montée. Depuis ce belvédère, on peut admirer les îles de la baie de Passamaquoddy, dont la célèbre île Hospital.

Le belvédère de Passamaquoddy

L’île Hospital se trouve à trois miles nautiques au nord de Saint Andrews; sa surface n’est que de 2,5 acres. Elle est vide à l’exception des fondations de deux bâtisses qui accueillaient autrefois des malades. Elle n’a ni arbres, ni abri, ni eau potable.

De 1815 à 1860, plusieurs immigrants, notamment en provenance de l’Irlande, venaient chercher une nouvelle vie au Canada ou aux États-Unis. Lors de la traversée de l’Atlantique sur des navires bondés, il n’était pas rare de contracter des maladies contagieuses. Une fois les bateaux dans le port de Saint Andrews, les malades étaient débarqués sur l’île Hospital.

À cette époque, plus de 10 000 personnes passèrent par Saint Andrews; parmi eux, 400 moururent sur l’île Hospital. La plupart des personnes qui y sont mortes venaient de l’Irlande. Un monument en forme de croix celte a été érigé en leur mémoire sur la pointe Indian à Saint Andrews.

Que dit le panneau?

Une histoire de cartes

Avant même que les Ross n’achètent le mont Chamcook, la région comptait une riche histoire. De 1850 à 1860, le gouvernement américain s’efforça de compléter la cartographie de la côte est du pays. Le mont Chamcook fut l’un des derniers sites utilisés par les Américains pour cartographier la côte, choisi en raison de son excellente visibilité. Si vous regardez autour de vous au sommet, vous pourrez voir des trous dans les roches : les géomètres s’en servaient pour installer leur équipement.

Vue de l'hôtel Algonquin à Saint Andrews

En regardant du côté de la ville de Saint Andrews, vous verrez l’île Navy, dont le nom officiel est l’île Fletcher. Elle a d’abord été habitée par les Autochtones et était utilisée comme comptoir pour le commerce. Lorsque les colons se sont installés à Saint Andrews, ils l’ont baptisée l’île Saint Andrews. La marine britannique était seule à pouvoir l’utiliser (d’où son surnom) pour se mettre à quai et réparer les mâts des navires. Les arbres d’alors, contrairement à ceux d’aujourd’hui, fournissaient des mâts hauts et droits.

En 1604, l’explorateur français Samuel de Champlain navigua jusqu’à l’embouchure de la rivière Sainte-Croix et créa la colonie de l’île Dochet, désormais appelée île Sainte-Croix (un site historique international) non loin de l’embouchure du fleuve. Le fleuve tire son nom de sa forme, puisque ses trois bras forment rappellent une croix. Sur les 79 hommes qui tentèrent de passer l’hiver sur l’île, seuls 40 survécurent en raison des conditions difficiles et du scorbut. L’île fut abandonnée en 1605.

Que dit le panneau?

Quelle belle vue

On comprend facilement pourquoi le mont Chamcook était si populaire pour les pique-niques. La vue que nous avons depuis le sommet est extraordinaire. Assez que les Bostoniens et New-Yorkais aisés viennent souvent ici pour pique-niquer avec les Ross. Décrocher une invitation à un pique-nique au sommet était un honneur. Les visiteurs avaient l’habitude de graver leurs initiales dans les roches tendres ici même, au sommet. Les plus anciennes connues datent de 1874 : A.W.W. et H.E.W entourées d’un cœur. Quasiment toutes les roches tendres sont gravées. Retourner au sommet et revoir ses propres initiales était quelque chose de très nostalgique.

Malheureusement, toutes les roches ont été sablées par l’un des propriétaires de l’hôtel Rossmount, supprimant les premières inscriptions.

Inscriptions dans la roche au sommet du mont Chamcook

Musée Ross (RR 92.1458.13)

Sentier parcouru pour la dernière fois : 26 juillet 2014.

Dernière mise à jour : 16 janvier 2022.