En Menu

Rando NB

Hiking NB Logo

Toute l'information pour randonner au Nouveau-Brunswick

Sentier de la Plage Seely, Promenade Du Sentier Fundy

Chemin de l’Oiseau-Mouche

Retour à Parc Atlas

Album Photos

Tour d'observation sur le Chemin de l’Oiseau-Mouche

Boutique en ligne

Boutique en ligne

Fiche technique

Difficulté facile
Type de sentier boucle
Longueur 600 mètres
Durée estimée 15 mins
Type de surface gravier
Dénivelé 16 mètres
Caractéristiques lac, tour
Balisage aucun mais facile à suivre
Panorama attraits spéciaux
Entretien bien entretenu
Réseau cellulaire non vérifié
Chiens oui
Frais d’entrée non
Fichier GPS disponible sur demande

Carte

Description

Le chemin de l’Oiseau-Mouche est un court sentier plat qui fait le tour du lac Atlas. Une tour d’observation offre une belle vue sur le lac et le centre d'interprétation. Vous trouverez aussi plusieurs panneaux d’interprétation qui expliquent la géologie et l’histoire du parc (voir ci-dessous). Le chemin de l’Oiseau-Mouche permet d’accéder à la plupart des autres chemins du parc.

Directions

Pour savoir comment accéder au parc, retournez sur la fiche du parc Atlas.

Le chemin de l’Oiseau-Mouche fait le tour du lac et est accessible sur la droite du stationnement ou à l’arrière du centre d'interprétation.

Que dit le panneau?

Historique Du Parc Atlas

En 1954, Atlas Construction Ltd. acquérra 45 acres de terre auprès des villageois de Pointe-Verte dans le but d'exploiter la roche calcaire qui s'y trouvait. La qualité du minerai et sa proximité de la voie ferrée firent de Pointe-Verte le choix incontesté de Atlas Construction Ltd.

La roche concassée était destinée au chemin de fer National Canadien qui recherchait cette marière première afin de terminer la construction de la voie ferrée.

On débuta les opérations la même année, et ce jusqu'en 1956, alors que les opérations furent interrompues pour n'être reprises qu'en 1962. Ce qui devait être la dernière année d'opération de Atlas Construction à Pointe-Verte.

En 1963, une fois la carrière abandonnée, le site d'excavation, qui atteignait près de 30 mètres de profondeur en certains endroits, se remplissait d'eau après le retrait des pompes qui, au moment de l'excavation, servait à évacuer l'eau provenant de nappes souterraines. Ainsi, aujourd'hui, on y retrouve un plan d'eau d'une limpidité exceptionnelle avec une surface de 6,4 acres.

C'est en 1990, après plus de 10 années d'efforts et de planification, que fut construit le Parc Atlas, au coût de 1 million de dollars, par L'entremise du programme d'incitation aux voyages établi aux termes de l'entente auxiliaire Canada/ NB sur le développement du tourisme.

Le Parc Atlas s'est établi comme un centre « récreotouristique » de plein air accessible à toute la famille. Le Parc Atlas est une invitation aux loisirs et à la détente.

Que dit le panneau?

Plogées sous-marine

L'ancienne carrière est un endroit reconnu, depuis plusieurs années, comme étant l'endroit idéal pour faire de la plongée sous-marine. La plongées est l'activité de base propice dans le bassin vu ses caractéristiques particulières ; fond, falaise, degré de dénivellation (voir carte ci-dessous). D'une profondeur maximale à certains endroits de 37 mètres et d'une superficie de 2,7 hectares (voir caractéristiques). Le bassin du Parc Atlas offre une excellente visibilité - 38,1 mètres en hiver et 25,9 mètres en été. Son étendue, sa profondeur et ses dénivellations en ont fait le paradis des plongeurs. La limpidité de l'eau, sa clarté et l'absence de courants et de vents rendent la plongée au Parc Atlas, une activité sécuritaire pour les adeptes de la plongée sous-marine.

De plus, afin de combler l'aventurier à la recherche de sensations, deux bateaux de pêche ont été coulés à deux différents niveaux de profondeur.

La possibilité de fair des plogées de nuit ou des plongées sous la glace offre aussi aux plongeurs une expérience différente.

Que dit le panneau?

Tour D'Observation

Construite en 1995, la tour d'observation d'une hauteur d'un peu plus de 10,5 mètres, (plate-forme au sol) résistance au vent de 50 PSF, fait partie de la deuxième phase de développement du Parc Atlas. Du haut de la tour on peut apercevoir la spectaculaire Baie des Chaleurs et par temps clair, on peut même apprécier la vue sur une partie de la Péninsule gaspésienne du Québec.

Que dit le panneau?

La Géologie

La géologie du Parc Atlas selon Monsieur J. A. MacIntosh, géologue au sein du Ministère des Forêts, Mines et Ressources, a été décrite comme suit : La carrière se trouve dans des roches gabbroïques sombres, souvent coupées par des filons étroits d'une roche rougeâtre, pour la plupart des porphyres à feldspath et quartz. Ces roches sont des intrusions dans des laves basaltiques, les roches les plus vieilles des alentours de Pointe-Verte, qui se sont écoulées en dessous des eaux de l'océan des temps ordoviciens, d'il y a environ 500 millions d'années. La mise en place des laves et des filons abondants, en essaim, a probablement pris place presque ensemble. Les filons sont le résultat du magma (roche en fonte) prenant place dans les fissures du basalte écoulé au fond de l'océan. Dans les murs de la carrière les filons sont si nombreux qu'ils ont presque entièrement remplacé les couches basaltiques.

Ce qu'on voit comme roche, alors dans les murs de la carrière est le gabbro. C'est une roche foncée, noirâtre, qui a une composition chimique semblable aux coulées de basalte de la région de Pointe-Verte. C'est coupé par de filons nombreux, de couleur rougeâtre à crème, et d'une largeur jusqu'à quelques mètres. Quoiqu'ils coupent le gabbro, ces filons se sont mis en place probablement peu de temps après le gabbro et en partant du même magma (roche liquide source). La rouille colore la surface de beaucoup de ces filons. Des grains très fins de pyrite, un minéral à fer et sulfures, sont visibles dans quelques-uns d'eux et c'est l'oxydation de ce minéral par l'ocygène contenue dans l'air qui donne la rouille. L'attention est tirée au fait que ces roches portent un témoignage à quelques-uns des mouvements dans la croûte de la terre. Dans les parois de la carrière on trouve des zones de cisaillement qui coupent et déplacent par quelques pieds les roches pâles de filons sur le fond sombre du gabbro noirâtre.

Sentier parcouru pour la dernière fois : 9 octobre 2010.

Dernière mise à jour : 13 février 2021.