En Menu

Rando NB

Rando NB Logo

Toute l'information pour randonner au Nouveau-Brunswick

Sentier de la Plage Seely, Promenade Du Sentier Fundy

Album photos

Album sentier du Mont Sagamook

Boutique en ligne

Boutique en ligne

Fiche technique

Difficulté intense
Type de sentier boucle
Longueur 6,1 km
Durée estimée 4 à 5 heures retour
Type de surface forêt, rocheux
Dénivelé 412 mètres
Caractéristiques sommet, Affleurements rocheux
Balisage carrés bleu
Panorama incontournable
Entretien bien entretenu
Réseau cellulaire variable
Chiens acceptés en laisse
Frais d’entrée espèces uniquement
Fichier GPS disponible sur demande

Carte

French Advertising Main

Directions

Pour savoir comment accéder au parc, retournez sur la page du parc provincial du mont Carleton.

Depuis l’entrée du parc, roulez pendant 7,4 kilomètres. En chemin, vous croiserez la route qui mène au terrain de camping du ruisseau Armstrong, la plaine où se trouve le terrain de camping de groupe et la route vers le point de départ du sentier du mont Carleton.

Au bout de 7,4 km, vous arriverez à un stationnement le long de la route, sur la droite. Le sentier débute sur la gauche du stationnement. Suivez le sentier du Ruisseau Caribou dans la forêt pendant quelques minutes avant de prendre à droite sur le sentier du mont Sagamook.

Point de départ du Mont Sagamook

Description

Si le sentier du mont Carleton est le plus achalandé du parc, c’est sur celui du mont Sagamook qu’on trouve les plus belles vues (à mon humble avis). Le sentier monte fort dès le début. Au bout de quelques centaines de mètres, vous arriverez à un croisement. Le sentier fait une grande boucle. Le sentier de droite emmène directement au sommet, moyennant une pente raide. C’est l’option à privilégier si vous n’avez pas le temps de faire toute la boucle. C’est ici que vous trouverez les vues les plus mythiques du parc. Le sentier de gauche monte de façon plus douce vers une arête que vous suivrez ensuite jusqu’au sommet.

Le sentier de droite monte en lacets dans la forêt, entre les roches et les racines : faites attention où vous mettez les pieds. Vous sortirez assez vite de la forêt. Le sentier est alors dominé par de grosses roches qu’il faudra escalader en jouant des pieds et des mains. À ce stade, regardez absolument en arrière : vous êtes à un point de vue en surplomb du lac Nictau et d’une île en forme de cœur. Continuez votre montée et vous finirez par arriver à un sentier secondaire. En prenant à droite, il vous emmènera à des affleurements rocheux qui surplombent aussi le lac Nictau. Attention : grimpez sur ces roches à vos propres risques. Elles ont des parois raides, surplombent le vide et sont couvertes de petites roches instables.

L’île en forme de cœur depuis le sentier du mont Sagamook.

Passez ce sentier secondaire et après une petite montée, vous arriverez au croisement avec le sentier du mont Head, non loin du sommet, affleurement rocheux qui dépasse de la cime des arbres. Le sommet se trouve en arrière de l’arête : d’en haut, on ne voit plus le lac. En revanche, en direction du sud, on peut admirer le plateau du mont Carleton ainsi que les sommets du mont Head et du mont Carleton.

Passez le sommet pour entamer votre descente de l’autre côté de la boucle. Le sentier descend le long d'une arête et offre un beau panorama sur les vallées en contrebas et le lac Bathurst au loin. À ce stade, vous arriverez à un sentier secondaire qui mène à un point d’observation au bout de l’arête. Le sentier secondaire descend dans les bois avant de remonter au niveau de l’arête. Le point d’observation offre des belles vues du lac Bathurst d'un côté et du lac Nictau de l’autre. Une fois le sentier secondaire passé, le sentier principal redescend doucement jusqu’à arriver à la jonction au pied de la montagne.

Le lac Bathurst depuis l’arête sur le sentier du mont Sagamook.

Que dit le panneau?

LES POURVOIRIES

Cette région du Nouveau-Brunswick est reconnue depuis longtemps pour sa faune abondante. Au Début du siècle, on raconte y avoir vu 25 orignaux en une journée, y avoir pêché 10 livre de truites en 15 minutes, y avoir pris quatre saumons ou plus en une journée de pêche et y avoir dénombré 60 chevreuils près d'un lac. Les photos et les trophée qu'en rapportaient ceux qui étaient venus y chasser ou y pêcher ont commencé à intéresser d'autres gens, et c'est ainsi que le région de la rivère Tobique est devenue le lieu par excellence des amateurs de chasse et de pêche. Le Tobique Club a été fondé en 1890 pour protéger le saumon dans une partie de la rivière. Des guides exploitant des pourvoiries exerçaient une surveillance dans d'autres parties. Adam Moore était posté dans la zone la plus étroite entre les deux lacs Nictau. Les lacs Nepisiguit étaient surveillés par: George Armstrong, dans le secteur du ruisseau Armstrong; William Buckley, sur la rive ouest; et Charlie Cremins, en face de Pine Point avant l'incendie et, après, à proximité de gué. Parce que la faune terrestre et aquatique constituait leur moyen de subsistance, ils l'ont protégée avec acharnement.

En 1925, Burtt Moore, guide dans une pourvoirie, et quelques amateurs de chasse et de pêche ont mis sur pied le Nictau Fish and Game Club, lequel a fait l'acquisition de la pourviorie d'Adam Moore et, quelques années plus tard, de celle de Charlie Cremins. En limitant le nombre de membres à 30, ils s'assuraient de pouvoir chasser et pêcher pendant plusieurs semaines chaque saison à l'abri de l'aflluence. Les membres devaient débourser une certaine somme ($ 4 000 en 1938) et plusieurs gros bonnets américains faisaient partie du Club: les Barnes, importants entrepreneurs de chemins de fer; les Phelps, qui avaient des intérêts dans des sociétés minières et fiduciaires et dans certains journaux; les Spruance, à la vice-présidence de Du Pont. Parmi les invités ont figuré Babe Ruth et Theodore Roosevelt. Leurs histoires et leurs souvenirs constituent des lectures fascinantes. Le voyage s'effectuait tour à tour en train, en chariot tiré par des chevaux, en canot, et à pied durant un portage de 3 kilomètres. Le Club est devenu de plus en plus prospère, même que certains membres y ont construit leur propre cabane près du lac Nictau, où ils restaient jusqu'à 6 semaines chaque été et chaque automne. Des habitants de la région, autrefois guides pour le Club, ranontent encore des histoîres de cette epoque merveilleuse.

Les camps ont tous été achetés au moment de la création du parc provincial du mont Carleton, en 1970. Ceux qu'on retrouvait dans le secteur du lac Nictau servent aujourd'hui de gîte aux équipes de travail et au personnel du ministère, tandis qu ceux situés autour du lac Nepisiguit sont utilises par les groupes qui désirent des vacances en milieu sauvage, mais avec un peu de confort. Il est évidemment interdit de chasser à l'intérieur des limites du parc.

Blogue (en anglais)

An Evening on Mount Sagamook Blog Post

Sentier parcouru pour la dernière fois : 26 septembre 2020.

Dernière mise à jour : 28 novembre 2020.